Week-end Enduro dans le QUEYRAS.

Texte : Xavier le trez’adjoint
Photos : prises par David et sélectionnées par JeanPhi
Chiffres : « Mr Chiffre » alias JeanPhi

[Enc…] , ce mot résume à lui tout seul les trois jours des Space Riders dans le Queyras ! Nous sommes neuf dont un [Enc…] , nous avons retrouvé un [Enc…] de guide déjà fort connu de certains d’entre nous, nous avons eu droit à des [Enc…] de sentiers, des [Enc…] d’apéro et même une [Enc…] de matinée très humide ! Détails…

Rendez-vous jeudi 10 septembre à 13h00 à l’algéco du club pour les neuf Space Riders…
Sont là :
– David « Pat’ de poulet » Lefebvre
– Jean-Phi « Mr Chiffre » Sneed
– Philippe « l’tarbais » Grasset
– les Mankaï brothers Sami et Hedi
– Arnaud « le teigneux » Dupuy (surnom semble-t-il attribué par un chasseur à l’issue d’une garden party en mai dernier…)
– Xavier « trez adjoint » Picault…
Ça fait sept, ben oui, ça fait sept… Nous aurons le temps de quasiment charger le camion, les VTT sur la remorque et aller à la plage, avant que le Br(ï)ce « Mr TLD » Lavagne qui perd le record de retard au bénéfice de David « l’ lourdais, [Enc…] en chef » Cassus ne daignent arriver ! Bref, embrassades d’ [Enc…] passées, nous chargeons les conteneurs d’affaires amenés par l’un de nos charmants retardataires (indice : ce n’est pas l’lourdais) et nous prenons la route avec l’tarbais au volant. Direction le hameau de L’Echalp sur la commune de Ristolas dans les Hautes Alpes où se trouve notre lieu de villégiature pour les deux premières nuits. La route est animée car nous découvrons, amusés, la guerre ancestrale entre tarbais et lourdais… Une histoire d’ [Enc…] sûrement !

Nous arrivons vers 18h au gîte « 7 degrés Est », à 1 750m d’altitude, où nous serons accueillis par la charmante (mais non moins mariée) Géraldine.

Le gîte « 7 degrés Est »

 Avant cela, nous retrouvons l’équipe Camino sur le parking du hameau : Pierrot l’ Enc… qui sera notre guide et Xavier notre 1er chauffeur ; Jérôme, chauffeur du second véhicule ne nous rejoindra que le lendemain matin.
Pierrot l’ [Enc…] est une vieille connaissance des participants au WE dans le Dios de mai dernier, à savoir l’lourdais, les Mankaï’Bro et le teigneux, ainsi que de David, Brice et JeanPhi qui l’ont connu lors du week-end dans le Vercors il y a pile poil un an… embrassades de rigueur. Installation rapide dans nos chambres puis direction la terrasse du gîte afin de nous remettre de la route en goutant la bière locale Bière artisanale du Queyras ; [Enc…] elle est bonne, mais nous sommes en fin de saison et il n’y en a plus pour tout le monde 🙁

 Dîner copieux et bon (terrine maison, lasagnes de légumes, panna cotta), arrosé de quelques bouteilles de Côtes du Rhône puis suivi du digestif règlementaire. Soirée d’ [Enc…] s’il en est ! Tout le monde au lit afin de prendre des forces en vue des trois journées qui s’annoncent.

Le salon du gîte

Vendredi 11 septembre :
Réveil à l’heure dite pour quasiment tout le monde. D’après certains, il y aurait des [Enc…] de ronfleurs parmi nous ; personnellement, je n’ai rien entendu !
Nous quittons le gîte vers 9h30 en direction du sommet Bucher pour attaquer cette 1ère journée autour de Château-Queyras qui sera agrémentée de quatre superbes parcours.

Point de vue du sommet Bucher

Dès la 2ème nous prenons la direction du col d’Izoard où depuis la table d’orientation située juste avant la Casse Déserte nous prenons un single qui nous amènera au col du Tronchet à 2 347 m.

Le col du Tronchet

De là c’est descente jusqu’à Château Queyras en passant par le lac de Roue pour finir par le GR5.

Vue sur Chateau Queyras

Après le pique-nique pris au pied du château, nous v’là reparti au sommet Bucher pour descendre cette fois vers Molines en Queyras.

Pour la dernière de la journée, on finit en beauté avec un parcours de 12 km qui nous fera arriver pile poil devant notre gîte en étant parti du col Agnel s’il vous plaît, tout en passant par le col Vieux à 2 806 m. Descente et paysage grandioses, quelle merveille !!

Vue du col Vieux
Le groupe au col Vieux

 

 

Passage de la descente du col Vieux vers le gîte

Retour au gîte « 7° Est » vers 17h30 bien fatigués et assoiffés 🙂 Nous nous en remettrons bien rapidement grâce à un programme d’ [Enc…] identique à la veille proposé par Géraldine : apéro, dîner arrosé (quiche, daube de porc du Queyras, tarte aux abricots) et digestif…

Samedi 12 septembre :
Réveil toujours à l’heure (y paraitrait que quelques [Enc…] ne se sont pas privés de ronfler, il n’y a cependant aucun enregistrement…) pour un petit déjeuner rapide et un départ vers 9h30 une fois toutes les affaires chargées dans le camion car ce soir, nous dormirons au refuge de Furfande à 2 300m d’altitude.
Ce matin-là retour au col Agnel pour partir de l’autre côté vers l’ouest. On pédale, puis on pousse, puis on porte jusqu’au col de Chamoussière à 2 884 m qui sera le point culminant du séjour.

Montée vers col de Chamoussière

La descente sera évidemment à la hauteur de l’effort fourni, elle nous fera arriver à La Chalp en étant passé par Saint-Véran qui est la plus haute commune d’Europe avec son centre de village situé à plus de 2 000 m d’altitude.
Avant le pique-nique nous emprunterons à partir du col d’Izoard un magnifique single « spécial 29 pouces » tout en petites relances, assez rapide et parfois piégeux (y’aura des chutes dont une de Brice pas banale). L’arrivée c’est un peu moins de 600 m plus bas au Laus où nous déjeunerons.

Le pique nique au Laus

Le temps semble tourner au mauvais mais pas si vite, ce qui nous permet de se faire la sublissime descente plein sud en partant du col d’Izoard vers Brunissard en passant par le torrent de l’Izoard. Là on dit au revoir à la terre et bonjour à la caillasse mais c’est tellement bon !

Le Lourdais dans la descente plein Sud

Finalement cet [Enc…] de temps se dégrade en cette fin d’après-midi alors que nous entamons en navette la montée par la piste du col de Furfande jusqu’aux parking où nous laisserons les fourgons pour la nuit. Le Nissan loué ne faisant que 115 maigres ch, nous le laisserons sur un premier emplacement permettant aux [Enc…] les plus courageux de se taper 350m D+ pour arriver au sommet nous permettant d’accéder par une dernière belle descente au refuge de Furfande. Les plus raisonnables et dévoués (trois d’entre nous que je ne citerai pas par respect pour les autres [Enc…] préférant la pédale) accompagneront le Transporter de Pierrot l’[Enc…] jusqu’au second parking un peu plus haut; attention, la démarche est généreuse car elle permet de rapprocher nos deux aimables chauffeurs du sommet vu qu’ils doivent monter en gambadant… avec les affaires de tous sur le dos ! Il ne reste que 100m de D+ à se taper. Il est à savoir que le temps de monter le second camion, décharger les bikes, s’équiper et monter les 100 D+, un certain « Pat de poulet », [Enc…] devant l’éternel lui aussi, est arrivé au sommet dans la roue des trois dévoués riders ayant accompagné les chauffeurs !

Une fois rejoints au sommet par l’ensemble de la troupe, il a fallu attendre le « Pat’ de poulet » qui, n’en ayant pas assez eu, est redescendu au Transporter chercher son sac qui avait été laissé sur place. Nous en profitons pour repérer le refuge, isolé au milieu des alpages et des vaches… Courte mais belle descente, nous arrivons à destination en cinq grosses minutes et posons nos montures pour la nuit. Il ne fait que quelques degrés et le ciel est bien couvert, n’annonçant rien de bon pour le lendemain… mais nous verrons bien cela, pour l’instant, nous sommes accueillis par la belle Isabelle, sympathique et peu farouche femme des montages !

refuge de Furfande
Le refuge de Furfande

Une fois déchaussés et équipées de « cholies » sandales, nous nous installons rapidement dans nos chambres. Heu, non, pas rapidement car certains [Enc…] ont décrété qu’il y a des ronfleurs et qu’il faut les regrouper une seule chambre afin de garantir une nuit silencieuse aux autres. Pierrot l’[Enc…] et ses chauffeurs préférant quant à eux loger dans le dortoir commun où ils ne seront que tous les trois d’ailleurs. Devinez qui sont ceux qui auront passé la nuit la plus tranquille 🙂 ?
Retour dans la salle commune pour deux tournées d’apéro qui nous permettra de goûter toutes les variantes de la bière des montagnes. Douche rapide ensuite afin d’être à l’heure pour le dîner, servi à 19h comme il est l’habitude en refuge. Soupe, bœuf-carotte-pâtes, tarte, quel régal… et quel amusement lorsque la farouche Isabelle nous propose de nous prendre tous ensemble. Passé la déception de ceux qui n’avaient pas compris que la belle parlait photo, nous passons au digestif ! Mais bon, le lendemain matin après le petit déjeuner, il n’y avait que l’ [Enc…] en chef pour récupérer la carte de visite de la miss 🙂

Dimanche 13 septembre :
Il fait bien frais dans un refuge de montagne la nuit, mais nous passons une très bonne nuit (enfin, dans la chambre des supposés ronfleurs seulement J). Petit déj programmé à 7h30… mais beaucoup auront été réveillés avant non pas par la lueur du jour (il n’y a pas de jour) mais par la pluie 🙁

Chaudement équipés (il fait entre 4 et 5°C dehors), quasiment étanches, nous quittons le refuge vers 8h30 sous le déluge pour 1 300m de D- d’une superbe descente agrémentée de passages engagés, de balcons, rochers, terre, les 3 P (pédaler-pousser-porter selon Pierrot l’ [Enc…]), sous-bois… Le sous-bois, c’est l’endroit où l’lourdais a choisi de crever. Il pleut toujours, nous nous refroidissons en attendant la réparation, l’ [Enc…]. A peine repartis, c’est au tour du teigneux d’avoir des soucis de monture, les freins lâchent. Il prendra l’antédiluvien 26 ‘’ de Sami pour la descente suivante, celui-ci préférant se réchauffer et tenir compagnie aux chauffeurs. Quelle bonté d’âme, vraiment.
Cette 2ème descente du jour a comme point de départ un lieu désormais bien connu : le célèbre sommet Bucher. Nous rejoindrons La Chalp en passant par la chapelle Saint-Simon. Parcours très boueux, rien à voir avec la descente précédente.

Chapelle Saint Simon

La pause déjeuner se profile et nombre d’entre les plus valeureux [Enc…] que nous sommes envisagent également de soutenir les chauffeurs dans leur camion à l’issue ! Pour la dernière de la matinée, on se fait la descente des 40 épingles reliant Prats Haut à Aiguilles où nous terminons par un petit dual slalom, du moins ce qu’il en reste. Contre toute attente, le ciel se dégage alors que nous rejoignons la zone de pique-nique à Aiguilles sous le soleil, qui l’eut cru !.

Le soleil pour la pause déjeuner !!

Pierrot l’ [Enc…] et l’lourdais décrètent qu’il faudra donc repartir. Ce que six valeureux riders feront pour deux descentes de folie : la 1ère nous fera partir non loin du Queyron (où l’on a failli se faire bouffer par des patous) pour nous amener aux Moulins en passant par Villlargaudin, et la deuxième, et donc dernière du séjour, aura comme point de départ le lac de Roue (où l’on était passé le 1er jour) et comme arrivée Château Queyras avec la fin un peu chaude mais moins glissante car moins sèche que le vendredi, beau final en tout cas !

17h : il est l’heure de plier bagage. Nous retrouvons les trois valeureux [Enc…] qui nous ont abandonnés et les deux chauffeurs allongés au soleil au pied de Château-Queyras ; ils n’ont fait que 300m depuis que nous les avons laissés pour trouver un café ! Ce dernier ayant fermé, nous remontons au village afin de solder notre [Enc…] de week-end par un dernier verre avant de prendre la route. Il se remet à pleuvoir. L’tarbais prend à nouveau le volant pour ce trajet retour. Chapeau bas…

Le retour se passera sous la pluie qui nous abandonnera juste avant l’entrée dans les Alpes-Maritimes. Entretemps, à l’occasion d’une pause technique, nous nous rendons compte que nous avons perdu les magnets personnalisés « Space Riders » sur le côté droit du camion. Ils ont du être arrachés par l’effet conjoint de la pluie très forte et de la vitesse 🙁 Nous arrivons au parking des mouettes vers 22h. Rangement en vitesse accompagné du nettoyage maniaque du fourgon car la « charmante demoiselle » qui a eu l’infime gentillesse de nous le louer est un cerbère craint par les valeureux riders que nous sommes. L’ [Enc…]

L’tarbais et l’lourdais s’embrassent, les autres se serrent la main. Retour maison-dodo !

Pour la petite histoire, l’tarbais qui ne bossait pas le lendemain s’est dévoué pour passer le camion au karcher et faire le plein, merci à lui.  Il n’a pas eu à faire au cerbère en ramenant le camion (d’ailleurs, je ne l’ai toujours pas croisé… est-il rentré depuis ?) 🙂

En résumé, pour ceux d’entre-vous qui adorent les chiffres (non, non, je ne vise personne…), nous avons parcourus 400 km en camion rien que pour les navettes qui ont débouché sur 110 km de vélo en 14 descentes avec 10 500m de magnifiques D- et 2 200m d’ [Enc…] D+ . 18 % du budget du séjour a été bu… [Enc…] 🙂

6 pensées sur “Week-end Enduro dans le QUEYRAS.

  • 17/10/2015 à 20:30
    Permalink

    Le voilà enfin ce fameux CR 🙂
    J’irai bien voir le reste des photos, vous avez un lien à donner.?

    Répondre
  • 19/10/2015 à 13:04
    Permalink

    ha ben voilà …ça valait le coup d’attendre. Un jour d’irai !

    Répondre
  • 24/10/2015 à 20:56
    Permalink

    Ca y est j’ai enfin pu me poser pour lire tranquillement ce CR. Ca valait le coup d’attendre !
    Merci pour le récit, on repart quand ???

    Répondre
  • 04/11/2015 à 10:50
    Permalink

    Ohlalalala !
    Bravo Xavier notre Prez Adjoint ! Ca fait super plaisirs de voir que ce CR soit enfin sur le site.
    C’est grâce à toi, alors un gros Merci car on sera bien comptant de pouvoir le relire dans quelques mois, quelques années…en tout cas ca vaillait le coup d’attendre, tu nous as régalé… :o)
    Ce WE était énorme. je vais garder pleins de bon souvenirs partagés ensemble avec cette super équipe.

    Il ne faut pas oublier de féliciter Camino Bike pour la qualité et le professionalisme. Nous avons une fois de plus été plus que satisfait de leur prestation. Bravo Greg, Pierrot et l’équipe de chauffeurs….Une super équipe chez Camino. On espère que la prochaine fois Mister Biceps sera parmis nous…;o)

    ps : Merci à Mr Chiffre qui a contribué au CR
    ps2 : Merci à tous les gaziers qui ont participé à ce séjour. Une super équipe, une super ambiance. Rien à dire, le top !!
    ps3: je veux le refaire….

    Répondre
  • 10/11/2015 à 19:00
    Permalink

    salut les gars

    c’est avec un pneu de retard que je viens de recevoir le CR c’est genial de se rememorer ce long week end finalement tres vite passé quand on voit les chiffres des kilometres effectués.
    Ils sont pas mal quand meme les ingénieurs de chez thales bonards deconneurs un brin arssouilles enfin pas tous a part le tarbais qui a foutu la mauvaise humeur tout le week end vous le serez pour la prochaine fois
    Pour ma part entre le Vercors et le queyras j’ai passé deux enormmmmmmes séjours merci a vous tous car sans le groupe pas d’ambiance et pas de rigolade pas de plaisir
    le plaisir ne vaut que s’il est partagé
    adishatz le lourdais

    Répondre
  • 10/11/2015 à 19:01
    Permalink

    enculé !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    j’ai failli oublie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *