TransV 2018

Une transV, ça vaut bien un petit article sur le site !

TRANSV 2018

Année particulière pour 2 raisons :
1. c’est l’anniversaire des 30ans de la Transvésubienne !
Pour l’occasion retour sur le tracé historique (avec quelques variantes dont seul l’organisateur George Edwards a le secret et arrivera toujours à nous surprendre.
2. Les conditions météo de cet hiver avec les dégâts sur les sentiers, la neige toujours bien présente sur le haut du parcours sont exceptionnelles ! ça s’annonce dantesque…. Epique…. d’autant que les prévisions du week-end ne sont pas à notre avantage…

On était donc 4 Spaceriders au départ de la grande course 😎 😯 😀 :
– Pierre MONTEUX
– Emmanuel DU PONTAVICE
– Guillaume BETTOLI
– Cedric JAOPINI

Et tous les 4 finishers malgré les conditions météo et une course véritablement épique !!!!!! BRAVOOOO à tous pour cette épopée 😎 celle-là de Transvésubienne : on s’en souviendra !

Résultats

– Pierre Monteux 127e en 9h15 à St André
– Emmanuel Du Pontavice 125e en 9h14 à St André, 9s d’écart avec Pierre !!
– Guillaume Bettoli 77e en 8h20
– Cédric Jacopini 34e en 7h36
(Résultats complet sur https://www.timingzone.com/transvesubienne-2018/ où on pouvait suivre l’évolution de la course en direct ce week-end)

Pour Mr Chiffre : le parcours du dimanche de la Colmiane à Nice c’est comme d’habitude un peu plus qu’annoncé par l’orga… : 80km, +2800m de dénivelé positif, -4300m de dénivelé négatif.
Quasiment aucun répit, quasi que du sentier (le vrai : le GR5) du début à la fin ! à part autour des ravitos ou à la traversée des villages.

Le récit de Cédric

Samedi : Tout avait bien commencé ce samedi avant le prologue…. il faisait beau ce matin …. tout le monde est là…. perso, je me suis fait une petite reco le midi histoire de se réveiller… bref tout va bien ….
puis la pluie, non : Le Déluge s’est invité à 13h puis au départ des premiers concurrents à 14h dont Pierre et Emmanuel ! dur entrée en matière ! :?
la pluie a laissé place à la boue vers 15h…. pour Guillaume et moi …
Un beau prologue qui faisait le tour de la montagne de l’accrobranche de la Colmiane avec une belle montée intense sur sentier puis un final descendant sur le sentier du facteur GR51A jusqu’au Vesubia Mountain Parc à St Martin Vésubie. Résultats dans l’ordre : Guillaume 34e, moi 37e malgré une bonne chute, et sous une pluie battante : Emmanuel 115e, Pierre 148e.
Pour les chiffres de ce prologue : 8km pour +150/-650m de deniv+/- Ce prologue servait à classer les concurrents pour la mise en grille de dimanche avec bonus de temps en fonction du résultat et pour le coup-là il a surtout servi à nous repeindre de boue :mrgreen: mais bon c’était beau ! 8-) et ça fait du bien d’envoyer un peu avant le grand jour !! 8-) demain sera une autre aventure….

Dimanche : Il fait bon à 6h du mat’ …. mais les nuages menacent déjà…. le départ est donc vite donné à 7h pile !
Le départ de la Colmiane tout schuss sur la piste de ski puis longue montée du télésiège de la Colmiane en passant par le col de Varaire jusqu’au Col de Madeleine est gras et collant. Je suis avec Guillaume, tout va bien , on gère…

Col de Madeleine : sur les crêtes à 2000m d’altitude, c’est un brouillard à couper au couteau qui nous attend… ambiance … ambiance…. :shock: une pluie bien fraiche est là aussi…. :o va falloir tenir bon ! car toutes les rampes sont blanches de neige, c’est à pieds dans une belle neige qu’on arrive au col des 2 Caïres ! c’est beau mais c’est dur ! les jambes sont là, tout va bien.

Col des 2 Caïres : c’est donc une succession de montées/descentes dans la neige ou sur les racines et cailloux humides (avec une belle frayeur pour moi ….) qu’on arrivera au ravito 1 du col d’Andrion : petite pause et ça repart !

Col d’Andrion : On récupère le GR5 et on enchaîne sur la descente du col d’Andrion bien sauvage et glissante direction le fameux Brec d’Utelle :D

Brec d’Utelle : La pluie a cessé et quelques rayons de soleil font même leur apparition dans la descente sur le village d’Utelle ! trop beau ! et soulageant…..
mais le plaisir fut court personnellement car après une belle descente, ce sont les crampes qui me paralysent les 2 jambes d’un coup dès la première remontée sur le village, et avec ça, je me sens cuit cuit, le moteur est vide !…. aïe aïe aïe la suite va être difficile à gérer et il faut espérer que ça revienne !

Utelle : bonne pause au ravito 2 du village d’Utelle (pas d’assistance donc tout aux ravitos … et à l’eau… pas d’overstim au ravito cette année… oupsss…. !) et c’est reparti ! mais c’est dur ! c’est même le début d’une belle traversée du désert pour moi…. on sert les dents pour limiter la casse mais que ce fut dur !!!!

Remontée à la Madone d’Utelle… descente de la Madone difficile avec encore une belle frayeur…. puis descente rapide et plaisante direction le Pont du Cros d’Utelle pour la symbolique traversée de la Vésubie ! content de voir Cyril…

Pont de Cros : Portage par le GR5 jusqu’à Levens je m’alimente, je bois, je gère … mais le ravito 3 n’est pas là…. petit détour autour de Levens par 2 beaux sentiers dont un tout neuf et tout terreux ! miam !

Levens : Et voilà enfin le Ravito 3 de Levens (Cyril est toujours là ! ) pour une bonne petite pause et ça repart, cette fois je sens que ça commence à revenir donc ça roule ! cette fois on va au bout ! :D

On reprend une nouvelle fois le GR5 direction le Mont Cima, les crêtes du Cima, la descente du chenil et nous voilà à Aspremont pour le Ravito 4 au pied du mont Chauve (Cyril est encore là !) Une dernière petite pause et cette fois je sens que c’est bon :D

Aspremont : On attaque le portage du Mont Chauve qui est court finalement arrivée en haut Greg Noce (le cousin à Cyril) me rattrape et on fera toute la descente du GR5 ensemble ! à ouvrir le chemin à tour de rôle !! trop trop bon ! :D
idem pour la descente de la jungle :shock: et le sentier final sur St André 8-)

Ensuite … c’est le Paillon final … mais le déluge, la tempête nous rattrape ! 30 minutes et 5km de galère sans fin …. on pédale comme on peut dans le lit du paillon… avec l’eau qui monte de plus en plus en plus … la galère…. puis le tunnel de 2km dans le noir complet mais avec la lampe au guidon, c’est un tunnel d’évacuation d’eau qui passe sous la route et qui va tout droit à la mer ! puis la lumière au bout du tunnel et c’est l’arrivée !!!! ouf !! enfin !! j’en peux plus !! j’ai mal partout comme jamais j’ai eu mal donc vraiment content d’arriver !! Cyril est encore là à l’arrivée sur la plage de la promenade des Anglais.
Trop bien !

Le paillon devenant trop dangereux il sera fermé et les finishers suivant seront stoppés à St André pour la course et le chrono, finissant le parcours en liaison par la route jusqu’à la plage de la promenade des Anglais.

Cerise sur le gâteau je suis 3e M40-44 (enfin 4e mais le 1er est pro donc hors classement des catégories d’âge et en plus il n’est plus là) donc la 3e marche du podium est pour moi ! Quelle belle récompense et quel beau souvenir que ce trophée pour l’anniversaire des 30ans de la Transvésubienne !

Un grand Merci à Cyril pour les photos et le soutien ! :D


En 15 ans, j’ai participé à 12 Transv en tant que coureur et 1 Transv en tant que bénévole.
Je crois que cette année 2018, pour les 30ans… c’est la plus dur que j’ai fait. Mémorable ! un grand merci à l’organisation UCC de nous faire rêver et souffrir tous les ans !

Le récit de Guillaume

Voici ma version des fait des événements qui ont eu lieu du samedi 12 avril au dimanche 13 avril 2018:

Le soleil était bien présent ce samedi matin à la colmiane. Un bonne journée s’annonce. Mon départ à 15h20 me laisse le temps de me mettre en place tranquillement lorsque cette maudite averse de 13H remet sérieusement en question ma participation au prologue de ce jour. Mais la pluie cesse de tomber, je n’ai plus d’excuses!
Je me lance dans ce prologue avec une montée très engagée puis cette descente très ludique. Pas d’erreur sur ce parcours mais un physique bien en deça de celui de la concurrence, je fais 34e avec Cédric à 7 sec derrière, le ton est donné!

 

Après une bonne nuit au chalet à Valdeblore et un repas sur-copieux, je me place en ligne à 6h30 déterminé à arriver avant la pluie qui est annoncée à 14h à Nice.

Puis on s’élance sur ce parcours que je connaissait pour l’avoir roulé lors de ma première participation en 2011. Les chemins sont encore boueux de la veille, on traverse les nevets, je me fais doubler en descente sur la neige (coup dur au moral lol) mais je reviens très vite dans la terre. La première descente est à l’instar de toutes les autres très techniques et certains passages à la limite du réalisable. Le vélo frottera à plusieurs reprises mais pas de dégâts.

La course se déroule bien. Je marque un bon arrêt de 10min à Utelle car j’en ai vraiment besoin. Manger manger manger. Et ça repart dans le technique jusqu’au pont de Cros où je trouve le ravito sauvage d’Alex Giordano. Re 10min d’arrêt à blaguer et à manger.

Puis cette montée de Levens qui m’avait posé tant de soucis sous la chaleur en 2011. Je l’avale sans y penser. Ah non j’oubliais ma chute en montée dans les ronces, oui oui, en montée. Mais le plaisir est toujours là jusqu’au ravito de Levens, où je m’arête allègrement encore bien 10min.
Et je commence à rentrer dans le dur doucement mais sûrement. Je sais que le plus dur est derrière, le reste à faire m’est de plus en plus familier quand au sommet du mont chauve, l’averse s’abat sur moi.

La partie de plaisir se transforme en pur cauchemar. Les sentiers deviennent des cours d’eau parsemés d’énormes flaques, les cailloux glissants rendent la decente périlleuse mais le chemin le plus court jusqu’à la voiture est celui-là. Je décide d’abandonner à la fin de la descente avant d’entrer dans le Paillon tellement je suis saisi de froid et dans l’incapacité de me réchauffer. Il était plus question de sauver sa peau que de finir cette course. Mais les raidars dans la glaise glissante m’ont fait regretter mon choix de poursuivre la descente sur sentier. Des passages impossibles à franchir sans s’y prendre à 3, 4 fois. Le vélo d’abord, non le vélo en travers, non on jette le vélo et on s’accroche au branches pour caler. Le demi tour est impossible, il faut sortir par le bas. Et ça s’enchaine encore 3, 4, 5 passages de m****. Et on sort enfin sur la route.

L’objectif est intact: récupérer ma voiture à Acropolis et m’enfuir de cette course! Je prends donc le chemin le plus direct vers ma voiture quand je passe près d’un commissaire qui me dit « C’est ici l’arrivée, le Paillon est en crue ». Ce à quoi je lui rétorque: « Ça tombe bien, je ne serais pas allé plus loin ! ».

Je finis donc cette course sans le vouloir. 77ème temps, ce qui reste honorable. J’ai filé direct chez moi sans prendre l’autocollant « Finisher » ni mon sac de voyage. On verra ça plus tard…

Mon envie de participer à cette course était déjà peu prononcée. Elle est maintenant quasi nulle. D’autant plus que j’avais l’intention de m’armer d’un vrai vélo d’enduro, ce qui rendrait ce genre de course encore plus éprouvante!

Merci les Space Rider pour votre soutien, Bravo à Cédric et son impressionnante 34ème position. Mais que dire de Pierre et Emmanuel qui ont fini dans ces conditions apocalyptiques! Chapeau les gars, j’aurai bâché bien avant!

3 pensées sur “TransV 2018

  • 23/05/2018 à 21:40
    Permalink

    merci pour l’article et bravo aux guerriers !!! fallait le faire !

    Répondre
  • 29/05/2018 à 12:53
    Permalink

    Chapeau bas les spaceriders, Il fallait un mental d’acier pour la finir!
    et merci pour les CR afin de bien s’imprégner de la philo de cette course!!

    Répondre
  • 05/06/2018 à 07:49
    Permalink

    Bravo! Avec ces conditions, c’est déjà énorme d’être allé jusqu’au…
    Raconté de cette façon, ca donne envie…

    Et Belles performances, Bravo à tous !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *