Trois jours d’enduro dans le Vercors

Trois jours dans le VERCORS, le week-end enduro qui faillit ne jamais voir le jour………

 Bref rappel historique : on partait sur un week-end prévu de longue date, en Suisse, pour 6 personnes maxi. Après moult tracas d’organisation dus à un suisse pas fiable pour un franc (suisse…), suivis de deux blessés avec fracture du doigt (pour Ludivine) et déchirure au mollet (pour Xavier P.) , le week-end frôla à un moment l’annulation pure et simple. :-(((

C’était sans compter sur la ténacité de notre organisateur à nous David LEFEBVRE, qui dans un dernier élan appela notre sauveur CAMINO BIKE !! Finalement nous fûmes donc quatre à partir dans le Vercors : David bien sûr, Thomas, Brice et ma pomme.

Météo annoncée au top dans le Vercors et sur Autrans qui allait être notre camp de base pendant trois jours, plus aucun blessé à signaler, camionnette louée par le CE, séjour payé avec arrangement financier de la part de Camino (merci Greg son patron), bref, tous les feux étaient au vert pour passer un superbe week-end. On a posé la journée du jeudi 11 septembre, départ tranquille à 11h30 pour un peu plus de 4 heures de route (hors pauses). On a refait le plein juste avant d’arriver à destination histoire d’avoir un Trafic opérationnel vu que c’est lui et notre remorque qui seront utilisés pour les navettes pendant le séjour.

Arrivée sur le plateau du Vercors à Autrans à un peu plus de 1 000 m d’altitude, temps superbe, température fraîche, ça change d’en bas. Le gîte (qui sert aussi de maison au boss de Camino) est une grande bâtisse avec un terrain pas dégueulasse autour, nickel pour garer le convoi et décharger.

gite
Le gîte Camino
jardin
Le jardin !

Le soir on mange tous ensemble dans l’immense salle à manger, avec Greg, ses filles, ses parents, ses potes, et nous bien sûr. Bouffe locale admirablement bien préparée par Greg (toujours lui). On boit des bières artisanales brassées à Die (bière La Manivelle). Les premières seront offertes par la maison. Elles sont vraiment excellentes en tout cas :-). On se dit que si Greg roule aussi bien qu’il fait à manger, on devrait aussi se régaler sur le terrain, miam miam.

 

Vendredi 12 septembre : réveil à 8 heures, personnellement j’ai super mal dormi avec un Brice qui a ronflé une bonne partie de la nuit (même si ça ne lui arrive pas souvent nous dit-il). Bon p’tit dej avec des confiotes maisons, du bon pain et pleins de jus de fruits.

Ce matin-là un grand gaillard super sympa du nom de Max nous fera le chauffeur, et nous serons encadrés par Greg et un de ses potes Pierrot, également fort sympathique.

1ère navette : on monte directement à 1 650 m d’altitude à la Molière. La vue de là-haut est impressionnante. On est au-dessus d’une mer de nuage qui cache l’agglomération grenobloise. Greg nous décrit toutes les montagnes et lieux mythiques aux alentours (Mont-Blanc, glacier des 2Alpes, etc….). On se retrouvera à l’issue de la première descente 650 m plus bas, la journée commence bien.

molière_01
Sommet de la Molière

molière_02

On enchainera ensuite quatre autres descentes dans les bois, sur de la terre meuble, avec de la pente, des lacets, des goulets pleins de feuilles mortes, un peu de mounta cala, etc….. pour 32 km en tout en cinq spéciales. La dernière nous fera d’ailleurs partir du même point de départ que celle du matin à la Molière, avec une descente au top faite de virages en épingles à prendre bien comme il faut, et qui nous ramènera directement au gîte.

La bande du 1er jour (de gauche à droite) : Pierrot, Thomas, Brice, JeanPhi, David et Greg

La bande du 1er jour

Fin du J1, les vélos sont nickels, rien à faire à part un p’tit coup sur la chaîne, pas de poussière, pas de boue, le top, ça nous laisse plus de temps pour boire des bières :-)).

 

Samedi 13 septembre : j’ai mieux dormi, vu que j’ai changé de chambre ;-). Les potes de Greg sont de mariage, c’est donc un autre chauffeur qui s’occupera de nous désormais en la personne de Jean-Loup (qu’on surnommera Colchique). Il aura une conduite un peu « violente » par moment, disons que ça manquait de finesse de pilotage par rapport à Max, notre chauffeur de la veille, qui en profitera pour rouler avec nous sur son Spicy taille XL au cours des premières descentes de la matinée.

La bande du 2ème jour (de gauche à droite) : Thomas, Max, Greg, David, Brice et JeanPhi

La bande du 2ème jour

Départ du même endroit que celui de la veille depuis la Molière avec cette fois un parcours sur les crêtes plein Sud. Vue magnifique pendant un bon bout de temps avant de replonger vers le gite.

La 2ème de ce samedi sera une sorte de DH tracée par des locaux. Une DH bien naturelle on va dire avec quelques aménagements quand même, virages relevés, passerelles, sauts, etc…. Greg me dissuadera de tenter la passerelle vu qu’on est en casque bol et sans grosses protecs. Avec un peu de regrets, je me résigne à ne pas la prendre, on n’est pas là pour se faire mal non plus !

Ce jour-là on fera six descentes en tout avec 36 km mais aussi des navettes un peu plus longues qui nous ont amené à rouler vers Rencurel et Les Granges. Greg nous gratifiera de beaux clichés panoramiques pris avec son superbe i-phone !!

Panoramique J2

Macintosh
Mac Book Pro juste avant le passage « chaud »

 

Séance bricolage
Séance bricolage

En rentrant au gîte, un poil de bricolage sur les bikes, une p’tite douche puis binouzes !! Le soir on aura droit à une magnifique raclette avec trois fromages locaux et à des glaces en dessert, comment vous dire que là on frôle la perfection.

 

 

Dimanche 14 septembre : Réveil un poil plus tôt (à 7 heures) histoire de bien profiter du dernier jour, en partant le camion indique 5°C ! Loin de baisser en régime, on aura droit à des panoramas et des descentes vraiment au top. On passe de l’Isère dans la Drôme, ça sent le sud et ses cailloux (toute proportion gardée bien entendu). La 1ère de la journée nous fait quand même partir dans la brume à 1 300 m d’altitude, fait pas chaud. Avec la bonne rosée du matin les caillasses se font glissantes, pour débuter la journée c’est rude !! 600 m de D- comme ça à froid, personnellement je souffre un peu d’autant que mes plaquettes de frein arrière rendent leur dernier soupir.

Après une grosse galère à changer de plaquettes et ce qui s’en suit (merci Formula) on repart à l’ouest des Baraques-en-Vercors pour des paysages sublimes à perte de vue et des bons cailloux biens secs comme on a chez nous.

Panoramique J3 2ème

On ira ensuite rouler vers La Chapelle-en-Vercors où après une belle descente on y piqueniquera.

La 4ème du jour nous fera descendre au point le plus bas de tout le séjour, à même pas 300 m d’altitude tout près de Saint-Jean-en-Royans. Descente littéralement MYTHIQUE, y’a pas d’autres mots. Un bon 850 m de D-, faut la faire une fois dans sa vie celle-là !

Pour la dernière du jour et du séjour donc, Greg nous aura préparé une descente de malade sur un secret spot qui nous fera arriver à Echevis, toujours dans la Drôme. Un peu plus de 900 m de D- dans du bien raide et du bien sinueux, on finit en beauté.

Fin dernière spéciale

ça y est, c’est fini !

 

parcours dernière descente_tracé
The last one

Ce jour-là, on a roulé 30 km en cinq spéciales. En tout sur les trois jours ça aura fait presque 100 km de distance en 16 spéciales avec un dénivelé négatif cumulé de plus de 10 000 m. C’est pas mal 😉

La navette aura pas mal roulé aussi, presque 580 km en trois jours avec le Trafic !

On aura encore à se taper presque 1 heure de navette pour revenir au gite. Une fois là-bas, on se douche, on charge le camion puis départ vers 18 heures direction la maison, sans oublier de s’arrêter à la bonne épicerie du coin au village d‘Autrans. A nous quatre on aura délesté la gentille dame de 28 bières de 75 cl !! Les mêmes qu’on a bu au gite pendant le séjour en fait. Avec ça du fromage, du miel, de la confiture, du chocolat, etc…Bref, on aura bien roulé mais bien mangé aussi et du coup on ramène de quoi prolonger les bonnes sensations gustatives adoptées sur place.

Arrivée à Thales à 23h passées. Le temps de ramener le camion chez Cargo à Cannes + retour maison avec des images plein la tête et de superbes souvenirs de trails un peu partout, et que des bons. Rerouler dans l’Estérel attendra un peu, normal quoi !!

paysage_01

En conclusion la prestation de Camino Bike est super pro. Greg est un très bon guide VTT et nous a donné envie de revenir pour faire des sessions avec lui et ses potes dans le Queyras par exemple ou ailleurs. En sachant qu’il fait aussi des parcours itinérants pour aller d’un point à un autre (souvent en changeant de département en cours). En enduro ou all-mountain, pas de soucis, il fait de tout. On peut même aller aux stazunis, où on irait faire coucou à Benoît, why not ?

Liens utiles :

www.caminobike.com www.brasserie-artisanale-la-manivelle.fr

Pour les tracés GPX, j’ai pu en enregistrer 13 sur les 16 spéciales en sachant qu’on a fait deux fois la même au cours du séjour. Il n’y en a donc que deux qui manquent, le GPS de mon smartphone n’ayant pas été assez rapide pour se repérer à chaque fois . C’est Hervé Bratulic qui a récupéré les fichiers.

Quant aux très nombreuses vidéos, ce devrait être « Mac book pro » dit « Macintosh », de son vrai nom Brice Lavagne qui s’en occupe. Paraît que c’est super facile à faire quand t’as un Mac ;-)))

8 pensées sur “Trois jours d’enduro dans le Vercors

  • 04/10/2014 à 20:57
    Permalink

    Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître ! Bravo jean-phi! Ça donne envie!!!!

    Répondre
  • 04/10/2014 à 22:05
    Permalink

    C’est nickel !!! Merci pour ce récit, c’est superbe et ça donne envie. Je retiens l’idée du Queyras…

    Répondre
  • 04/10/2014 à 22:34
    Permalink

    Merci les gars, ça fait plaisir. Pour le premier j’en ai un peu ch…… Les suivants se passeront bien mieux 😉

    Répondre
  • 06/10/2014 à 15:54
    Permalink

    haaaarrrg , le queyras au programme 2015 !!!!

    Répondre
  • 06/10/2014 à 22:12
    Permalink

    Merci Jean-phi pour ce super debrief! Les photos sont magnifiques! De vrais cartes postales. Le Vercors est vraiment une superbe région pour le pratique du Vtt sous toutes ces formes…

    Répondre
  • 07/10/2014 à 00:17
    Permalink

    Bravo pou l’article … A la hauteur de ce super sejour !

    Répondre
  • 09/10/2014 à 09:05
    Permalink

    Un beau récit pour bien me rappeler que j’ai tout loupé !! merci bien ! allez salut !
    PS : le prochain c’est avec moa 🙂

    Répondre
  • 15/10/2014 à 21:22
    Permalink

    Ça y est enfin je lis ce report.
    Et puis je relis une 2ème fois tellement c’était bon.
    Un We au top avec une super équipe de dingue….;o)
    Je crois que c’est validé pour continuer à voyager avec Camino Bike !

    Bravo Jean-Phi et un grand Merci pour ce beau Report. C’est bien sympas décrire quelques lignes qui accompagnent ces kodacs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *