Séjour à la Rosière 2016

Le séjour Enduro la Rosière de 2015 avait été une telle réussite dans une région regorgeant de sentiers et de paysages sublimes qu’il a vite été prévu d’y retourner. 7 Space Riders ont donc sauté sur YMT dès que les inscriptions ont été ouvertes et ils ont bien fait car ce millésime 2016 a encore été excellent !

Préparation

Comme l’année dernière c’est David qui nous a concocté ce séjour en Savoie. Et pourtant il n’est pas venu pour cause, heureuse, de double événement paternel. Pierrot, le guide, est son copain d’enfance ça explique aussi pourquoi david est resté comme organisateur du séjour avec cette année le support de Mr Chiffre. Un grand merci !

Le principe était de retourner au même endroit, très apprécié, mais pas sur les mêmes sentiers (sauf les tops bien sûr). Le dernier week-end de juin ( 23 – 26 ) est retenu en espérant que la neige aura fondu.

Le prez et Benoit Bunuel succèdent à David P2P et Damien Forestier . Jean-phi, sami, hedi, et xavier récidivent . Macfly devait être de nouveau de la partie mais il a finalement préféré un voyage au US ( pour le boulot …). Il est remplacé par Damien Debray

 

Jeudi le voyage

Rendez-vous à 10h au local pour charger le convoi. Nous avons l’honneur de rouler avec le trafic tout neuf et surtout plus puissant que l’ancien. Il est même peut-être un peu plus long…

trafic
le nouveau trafic, plus puissant et encore plus long !

La chaleur est arrivée d’un coup, on prend déjà une suée rien qu’a charger les affaires. Nous espérons retrouver la fraicheur dans la montagne mais il faudra supporter un 35°C à Grenoble et finalement 27°C à 1800m vers 21h …

terrasse
il a fait bien chaud …

Pour nous remettre de cette surchauffe une petite bière bien fraiche nous fait du bien devant ce panorama grandiose. Xavier nous annonce que son taux de fer ne lui permet pas de tenir le rythme au niveau binouses. Il aura donc une dérogation sur le protocole de la bière du soir et se verra affublé du surnom d’ironman . Le prez le rejoindra progressivement au niveau dérog en remplaçant la bière par du smecta … 🙁

Premier repas très bon qui révèle la présence en cuisine de Charlène une jeune et charmante cuisinière qui s’appliquera pendant tout le séjour à nous servir des repas très gouteux, subtils, et joliment présentés.

Pierrot qui terminait tardivement avec un client anglais ( pas encore rentré chez lui après le Brexit ), nous rejoint vers 22h pour préparer le séjour. C’est alléchant, malgré l’heure tardive il prend le temps de discuter avant de rentrer se faire engueuler.

1er jour La Rosière – la Plagne – les Arcs

Comme prévu la météo est belle et il fait déjà chaud vers 9h au moment de commencer à rouler. Nous attaquons directement depuis l’hôtel avec une montée dans les alpages pour descendre ensuite en direction de la jolie petite chapelle blanche du Chatelard. Dans la descente une marmotte encore moins réveillée que nous échappe de peu à un tatouage de crampons VTT …

première descente
la première descente 🙂

 

chapelle
Le Chatelard et au fond la chapelle …. avec un accès bien pentu

La suite de la descente dans la forêt de sainte Foy, via le Villaret, est un peu plus technique avec des passages de ruisseaux et de rochers plutôt glissants, c’est superbe. Depuis la vallée nous remontons ensuite vers La Plagne. Lors de la montée, via la station des coches, sur la piste le nouveau trafic souffre à cause de l’étagement des vitesses 1 / 2 et du mode de coupure du moteur à l’arrêt. Dès qu’il est possible de faire ½ tour nous mettons fin à ces souffrances et poursuivons à vélo pour arriver sous le Dos Rond ( 2340m ) .

montée
Nous avons pitié du Trafic, la fin de la montée sera faite à la force des mollets

S’en suit une superbe descente vers Mâcot-la Plagne avec, névés, pierriers, épingles, forêt, terre, …sur le bas le single s’élargi et devient même shapé ce qui permet de lâcher les freins… YAHOUUU. On passe dans Sangot pour finir à la base de loisir d’Aime pour le piquenique ( 700m d’altitude, ce qui fait un D- de 1600m d’un coup , miam ! ).

névé
Départ dans les névés
virage
Des bons virages en forêt

Après le piquenique et une petite pause on refera 2 navettes sous les Arcs. Une première dans la forêt de Malgovert sur une des spéciales de l’enduro à 2 ( dit ‘des roastbeef’ vu qu’il y a paraît-il surtout des English ) avec arrivée à Séez. Cette spéciale qui devait être insipide genre ‘ bouillie avec une sauce à la menthe ‘ se trouve être bien rude et bien pentue ! Ironman s’en colle une bonne.

prairie
A travers la prairie, gaffe aux trous …

La dernière descente de la journée passe par le Bérard, Hauteville, et s’achève à Bourg-Saint-Maurice avec une série d’une vingtaine de virages excellents !

pot cantina
Alors ça vient ? On a soif !

Toujours guidé par Pierrot cette bonne journée sera conclue à la cantina pour le débriefing rituel avec quelques petites boissons fraiches. Pendant ce temps un orage passe. Le torrent à côté de nous ( l’Isère ! ) est impressionnant, nous regardons les kayakistes qui s’y jettent … ça vaut bien une DH ! La soirée s’achève dignement à l’acroche coeur mais pour ne pas blesser les supporters du RCT nous jetterons un voile pudique sur la fin de soirée spéciale rugby.

2ème jour La Thuile – Tignes- Sainte Foy

Le réveil du vendredi matin se fait sous, ou plutôt dans, les nuages qui sont arrivés un peu plus tôt que ne l’avait prévu la météo. Personne n’est inquiet car nous nous attendons à ce que pierrot nous propose de basculer côté Italie vue que la perturbation vient de la France et qu’elle ne devrait pas avoir la possibilité de passer la frontière. Effectivement pierrot confirme il fait beau côté Italie donc c’est parti pour la Thuile. Pas besoin de descendre à la station nous posons le camion en haut des remontées mécanique et en fin de journée la dernière remontée nous ramènera là. Nous attaquons tranquillement une descente d’échauffement. Nous croisons tout un peloton qui transpire et bave en montant. C’est le club local de vaches italiennes qui montent dans les pâturages pour l’estive.

vaches
La tête du peloton. Vue comme ça bave elle a du bien charger pour cette étape.

Arrivé à la station nous constatons que le télésiège ne fonctionne pas L. Renseignements pris, la foudre d’hier a fait des dégâts et il faut attendre ….Une heure passe. Nous prenons un café en terrasse tranquillement. Dans l’herbe en bas des pistes des groupes font des jeux dans le cadre d’une manifestions locale, les chapiteaux sont installés sur la place devant nous, l’ambiance est tranquille mais nous …nous ne roulons toujours pas. Ce qui roule par contre ce sont les nuages. Ils ont finalement forcé la frontière et dévalent maintenant la pente tel un raz de marée. Le phénomène est intriguant car ça déboule vraiment vite… jusqu’au moment où à 500m devant nous les arbres se couchent sous un souffle violent qui arrive très rapidement sur nous. Chaise et tables s’envolent, la fête est balayée, les VTT projetés au sol, et les chapiteaux commencent à se déplacer. 2 italiens essaient vainement d’en retenir un qui se soulève face à eux pour s’écraser ensuite sur les voitures en stationnement. Les 2 héros n’ont eu que le temps de battre leur propre record de sprint pour se mettre à l’abri … Ensuite s’ajoute la pluie, puis la grêle. Nous aidons tant que possible à récupérer tables et chaises ou décrocher la toile des chapiteaux. Finalement nous sommes bien content de ne pas avoir été sur le télésiège au moment de la tempête car vu comme il a été secoué ça aurait été épique …Cet épisode passé nous sommes toujours coincés en bas… Heureusement un VTTiste italien ( apparemment un guide ) remonte pierrot pour aller chercher le camion. Nous voici en fin de matinée revenu au point de départ ( l’hotel ) sauf que maintenant le temps s’est levé côté France . Pour rattraper la journée pierrot nous propose de prendre la direction de Tignes afin de faire le parcours en balcon dans toute la vallée.

Le temps que pierrot aille chercher un chauffeur nous descendons par la dream forest. C’est superbe, bien humide après la tempête, avec des passages dans des paquets de grêlons. Dans la descente il faut contourner un gros sapin brisé par les rafales. Les torrents sont gonflés et d’un gris boueux impressionnant.

cascade
Comme l’année dernière photo devant la cascade …pas boueuse elle !

Le final de la descente sur Séez est exaltant avec des vitesses record atteintes. En bas nous chargeons dans le camion puis direction Tigne.

Nous prenons le casse-croute un peu tardivement au lac du barrage du saut, et en début d’après-midi nous sommes parés pour attaquer notre périple sur ce sentier en balcon (du lac de Tignes en passant par Le Villaret des Brévières, puis par Le Biolley, Le Franier, Chenal, La Combaz, Le Monal, L’Echaillon, les hauteurs de Bon Conseil dans la station de Sainte-Foy-Tarentaise, Les Charmettes d’en haut, Le Planay dessous, les hauteurs de Sainte-Foy-Tarentaise, La Masure, Le Miroir, puis arrivée dans la ZA du Verne).

balcon
début du sentier en balcon au dessus du la de Tigne

Ce sera une grosse rando avec de superbes point de vues ( lac de Tignes, glaciers du mont Pourri, le village du Monal … ), de belles descentes dans les pâturages, les pierriers, ou la forêt.

torrent
quelques franchissements sportifs
monal2
le village du Monal, perdu dans la montagne

Mais il y aura aussi des petites grimpettes (comme dit pierrot) avec un bon pourcentage et des passages de racines et caillasses humides, sans compter avec les branches ou arbres écroulés … A force ça use surtout que l’heure avance. Nous terminerons vers 20h par une superbe descente jusqu’à Vermey.

nose
Damien s’amuse en nose turn dans les épingles

Finalement la journée aura été sauvée et c’est bien calmés que nous nous attablons vers 21h. Certain resterons un peu tard pour discuter tout en goutant au rhum ambré.

 

3ème jour la Thuile

la thuile
La Thuile, le Mont Blanc,le camion , les vélos, ….le paradis

Cette fois c’est sur nous allons rouler à la Thuile. Le temps est superbe, le Mont blanc dégagé, et les télésièges fonctionnent. En partant Pierrot, qui a l’air de subir encore le contre coup de la fin de soirée …, opte au dernier moment pour un DH ( Bergamont ). Première descente d’échauffement, pierrot ouvre et donne la consigne d’y aller tranquille. Sauf que lui, au 3ème virage, il essaie de prendre un gros appuis…la roue avant placée trop haut sort du virage et pierrot part en roulade avant. Il passe entre 2 mélèzes et semble se relever indemne. Hélas le premier pas révèle une entorse à une cheville. La journée va être longue pour lui surtout avec un DH et des zones de pédalage pour aller chercher les spéciales tout au fond  🙁 . Pour nous la journée sera grandiose avec un paysage époustouflant des descentes variées et sauvages. Même dans la pente il y a une bonne terre qui met en confiance et offre de belles descentes souples et fluides. Enorme ! seulement comme il y a 6h de route qui nous attendent il y a un moment où il faut s’arrêter …

 

Fin du séjour et retour

Retour à l’hôtel ou nous avons laissé nos affaires. La patronne nous laisse même prendre la douche. La moitié de l’équipe va se récurer pendant que l’autre nettoie le trafic ( ce sera ça de moins à faire en arrivant ) puis on inverse. Si bien que nous partons quasiment à l’heure prévue mais avec un camion propre. Pour le retour nous hésitons sur l’itinéraire : Grenoble et sa rocade un dimanche soir ou Chambéry et le passage par la chartreuse. A peine avons-nous opté pour Grenoble que radio trafic annonce un accident et progressivement un bouchon qui ira jusqu’à 6kms  🙁 . Afin d’éviter ce cirque nous prenons l’option Grenoble centre + les quais. C’est quasi désert et ça passe tranquille ! Option validée !

 

Les chiffres ( par Mr chiffre ) .

D + = + 1 700 m

D – = – 12 300 m L’écart en D- par rapport à l’année dernière s’explique par la matinée bloqué à la Thuile

Distance parcourue à VTT = 120 km en 13 descentes et 8h pleines

Point culminant = 2 350 m (sommet 2ème télésiège à La Thuile)

Point le plus bas = 695 m (base de loisirs d’Aime)

 

Pour le trajet

Temps de route hors pauses = 5h45 par autoroute en France

Distance Thales – La Rosière = 600 km

Conso moyenne du Trafic : entre 12 et 13 l/100km sur l’aller-retour (hors navettes)

Le futur

groupe fin
A l’année prochaine ?

Bien sûr Pierrot nous a parlé de tout ce qu’on pourra faire l’année prochaine…il nous a même fait visiter la maison qu’un pote et en train d’aménager en gite histoire de proposer une option plus économique que l’hôtel. Ça peut être sympa. Mais quand même le confort de l’accroche cœur et la cuisine de Charlène c’est pas mal ….

Et puis plutôt que se mettre la pression le dimanche avec le rangement et le trajet on se dit qu’on pourrait profiter du jeudi où on pose un CP pour rouler l’aprem en faiasnt le trajet le matin tôt et rouler le dimanche matin ( et début d’aprem ) puis faire la route retour pas trop tard.

5 pensées sur “Séjour à la Rosière 2016

  • 27/07/2016 à 15:24
    Permalink

    Merci Prez pour le très beau CR !
    Mon desistement a fait un Damien heureux !
    Vivement 2017 🙂

    Répondre
  • 27/07/2016 à 19:06
    Permalink

    Les paysages sont M.A.G.N.I.F.I.QU.E.S.!!!!!!

    Répondre
  • 28/07/2016 à 15:45
    Permalink

    Super CR le Prez, bravo et merci de t’y être collé 🙂

    Peut-être peux-tu simplement rajouter (pour que plus tard on s’en souvienne au cas où) que ce séjour s’est déroulé du 23 au 26 juin.

    Le passage sur l’ouragan à La Thuile m’a redonné des frissons 😉 Quelle folie ce moment quand même.

    Ah au fait (ok après j’arrête) t’as oublié le « s » à TIGNES 😉

    Répondre
    • 11/08/2016 à 13:07
      Permalink

      commentaires pris en compte 😉 . Et merci pour les infos sur les parcours et les chiffres !

      Répondre
  • 31/08/2016 à 14:07
    Permalink

    Je ne découvre qu’aujourd’hui ce magnifique CR sur la rosière.
    Merci à toi Jean-Louis

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *